La recette pour un compost réussi

par | 7 Oct 2022 | Le sol : amendements, engrais, compost | 4 commentaires

Dans ce court article, voyons ensemble la recette pour faire un bon compost !

Ici je fais constamment un stock de matières végétales, un peu de foin, de paille, de feuilles mortes, de broyat, de brindilles. Cela dans le but d’équilibrer mon compost de déchets ménagers notamment, toujours trop humide. C’est très important pour que le compost se décompose dans un bon équilibre d’air et d’oxygène. Et c’est la règle, quel que soit le compost.

La règle pour faire un compost réussi : 1/3 de sec, 2/3 d’humide

Ayez toujours en tête 1/3 de sec pour 2/3 d’humide. 2 poignée d’épluchures de légumes et hop, 1 poignées de feuilles mortes émiettées ou un peu de brindilles, foin, paille, carton, papier. 2 bac de tonte, 1 bacs de feuilles mortes, etc. Voyez-le exactement comme une recette de cuisine où chaque ingrédient sera bonifié par un autre. Imaginez une pâte à crêpe en balançant la farine par ci, les œufs par-là, le lait encore ailleurs sans devoir tout rassembler dans un saladier. Aucune alchimie ne se passerait et chaque ingrédient finirait par moisir, pourrir ou se volatiliser.

compost épluchures
Les parties humides sont largement représentées par les restes de cuisines, épluchures, mais aussi la tonte et les déjections animales, nous le verrons plus bas.

C’est pareil pour le compost. On va rassembler les éléments diversifiés, humides et secs, en tas. Ensuite, on mélangera toutes les 2 ou 3 semaines (si l’on veut bien faire, mais ce n’est pas obligé) pour obtenir au final, non pas une pâte à crêpe, mais un superbe or noir, complexe de matières organiques liées les unes aux autres.

Plutôt simple, n’est-ce pas ? 🙂

Tout mettre au compost ?

Vous pouvez tout mettre au compost, les matières végétales sèches ou vertes. Portez simplement une attention particulière aux tailles de résineux. Contrairement à ce qu’on entend, elles ne rendent pas le compost acide. En revanche, elles contiennent des inhibiteurs de croissance qui ralentissent ou empêchent le développement de certaines plantes. Pour éviter tout problème, évitez d’en mettre plus de 10% du volume total du compost.

Les os sont aussi déconseillés (mais on peut les mettre…), simplement car ils prennent beaucoup de temps à se décomposer. Vous pourrez les déposer sous un paillage au pied d’un arbre pour les valoriser et ne pas faire grimper le volume de vos ordures ménagères.

Les restes alimentaires et les plantes malades peuvent complètement être incorporés au centre du compost afin qu’ils subissent une petite montée en température pour éliminer les pathogènes.

Vous pouvez imaginer utiliser vos végétaux malades (oïdium, mildiou) pour le verger, et vice versa : les fruits atteints de moniliose ou autre pourront aller au compost du potager : ces maladies ne sont pas transmissibles entre espèces.

Guillaume : je ne m’encombre pas avec ces histoires de maladies. En effet, je mets tout au compost et advienne que pourra. En pratique je n’ai jamais remarqué plus de maladies qu’à l’habitude.

Vous pouvez donc à peu près tout mettre au compost, tout ce qui est organique. Cela peut être du fumier, des débris végétaux, des épluchures, peu importe. L’important, c’est de respecter la recette 2/3 humide, 1/3 sec. Nous vous détaillons tous les différents composts dans notre article sur les composts au potager

La cendre dans son compost ?

Si vous possédez une cheminée ou un barbecue, ne mettez pas trop de cendres d’un coup dans le compost. C’est un engrais riche en potasse, phosphore, chaux et oligo-éléments.

Ceci dit, en trop grande quantité, les cendres limitent voire stoppent le travail des micro-organismes. On préconise 3 kg/m3 au maximum pour la cendre au compost.

En pratique, vous pouvez saupoudrer un peu de cendres à chaque fois que vous mettez votre bac de déchets de cuisine et votre matière sèche par exemple.

Et les litières au compost ?

Concernant les litières animales ou humaines, il vaut mieux les composter à part pendant au moins deux à trois ans pour éloigner le risque de transmission de pathogène. On pourra utiliser ce compost sans risque pour les arbres ou les plantes ornementales. Pour les litières de vos animaux, utilisez ce compost de préférence au pied de vos plantes ornementales.

Équilibrer son compost et éviter les odeurs

Il se peut que votre premier compost entraîne des désagréments. Pas de panique, ils sont faciles à résoudre. Si vous avez des mauvaises odeurs qui sortent de votre compost, c’est sans doute parce que votre rapport carbone/azote n’est pas équilibré.

L’odeur d’œuf pourri est souvent due à un compost trop humide et trop tassé. Rajoutez de la matière sèche comme des feuilles, de la paille ou du foin sec.

• Idem si vous sentez une odeur d’ammoniaque. C’est souvent les tontes de gazon d’épaisseur trop importante qui fermentent. Là encore, il suffit de rajouter de la matière sèche.

Si les moucherons s’installent sur le compost, il faudra mieux recouvrir vos déchets de cuisine. Incorporez-les dans le compost ou ajoutez de la matière plus carbonée par dessus.

• Enfin, si un dépôt blanchâtre se fait à la surface, c’est qu’il manque d’humidité. Les micro-organismes ont besoin d’eau pour travailler. Arrosez un petit peu votre compost!

Toutes ces indications peuvent sembler compliquées. Cela dit, en pratique, tout se passe le plus souvent sans encombres, ne vous inquiétez pas.

Beaucoup de collectivités et de municipalités proposent des formations au compostage pour les citoyens. Si vous êtes intéressé, renseignez-vous auprès de votre mairie.

Voilà, vous connaissez maintenant la bonne recette pour un compost réussi ! Si cet article vous a plu, aidez-nous : partagez-le autour de vous. Et n’hésitez pas à poursuivre votre lecture avec nos articles sur le compost 😉

Nos articles sur le compost :

• Le compost au potager et les différents types de compost

• Compostage de surface (ou comment ne plus composter !)

• Le compostage en silo ou en bac

• Le compostage en tas

Soutenez ce blog et abonnez-vous à l’almanach/calendrier des semis Terra-Potager :

• Accès au calendrier des semis multi-climats, avec des dizaines de conseils adaptés à votre climat, pour tous les semis de l’année. Notre objectif ? Vous aider à récolter toute l’année !
• À l’ensemble du contenu informatif du site (articles exclusifs, podcasts, etc.)
• Au forum d’entraide et de partage

En savoir plus

Vous recherchez des semences ?

N’hésitez pas à lire nos recommandations pour bien choisir vos graines en cliquant ici.

Si vous souhaitez simplement trouver un site internet pour commander vos graines, vous pouvez visiter le site de notre partenaire “La bonne graine. Cela nous donne un coup de pouce pour continuer à écrire des articles. Merci !

 

Envie d’aller plus loin et d’étendre vos connaissances sur le potager ?

Venez découvrir la revue du potager permacole 😀 Il s’agit une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle vous découvrirez pleins d’informations pour devenir un jardinier aguerri !

Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossiers thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la biodiversité dans son jardin.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes variétés, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes… bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement.

4 Commentaires

  1. Bonjour
    Je lis avec intérêt les articles sur le compost reussi et je suis toujours surpris des différences dans les recetes …..
    Là on nous dit 1/3 d humide et 2/3 de sec..
    Et vous.le contraire 2/3 d humide et 1/3 de sec…..
    Bon si je fais la moyenne je fais 50/50 mais ces differences m interpellent toujours…
    Merci pour votre retour..

    Réponse
    • Faites des tests 😉 Pour nous notre recette est la bonne, elle donne un super compost.
      Autre philosophie : faire un peu “à l’arrache” sans trop abuser des matières humides. Vous aurez toujours un compost à la fin, que vous pourrez intégrer dans votre sol 🙂
      A bientôt

      Réponse
  2. Bonjour même remarque dans l’article c’est écrit 2/3 d humide et 1/3 de sec et dans la vidéo, l’inverse, 2/3 de sec et 1/3 d’humide ; peut-être les 2 sont possibles et qu’il faut tester ou c’est une erreur ? Merci

    Réponse
    • Olivier s’est trompé dans sa vidéo, c’est bien 2/3 humide et 1/3 sec. On peut aussi faire moitié/moitié 😉
      merci et bonne journée 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mentions légales

CGV

Contact

Calendrier des semis

Inscrivez-vous et recevez les prochains articles

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir nos prochains articles. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. 

Votre inscription est bien prise en compte À très vite.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tous les mois, recevez nos derniers articles et toutes nos astuces sur le potager, directement dans votre boîte mail. 

Votre inscription est bien prise en compte, merci !

Share This