fbpx

Le sang séché en engrais au potager

par | 25 Jan 2022 | Le sol : amendements, engrais, compost | 15 commentaires

Nous allons parler engrais naturel. Pour rappel, un engrais naturel ou organique est une ressource venant du monde animal ou végétal, hautement concentré en minéraux essentiels. Ici avec le sang séché, c’est grandement le cas puisqu’il contient 14% d’azote. Rendez-vous compte, à titre de comparaison, un compost de fumier contient entre 0,5 et 1% d’azote. Nous sommes donc sur des concentrations largement dix fois supérieures, ce n’est pas rien ! 

Quelles en sont les conséquences pour nous jardiniers, pour nos cultures, et notre sol ? Comment utiliser le sang séché en engrais dans son potager ?

Voyons cela ensemble dans cet article.

Plus d’azote, moins de carbone

Une richesse hautement concentrée en minéraux implique une matière peu carbonée, peu rigide, peu structurée. Ne comptez pas sur elle pour améliorer votre sol, pour jouer sur la fertilité physique de votre potager. Pour cela, il faudra vous tourner vers des paillages, foin, paille, broyats, ou autres composts grossièrement décomposés. Ces matières contiennent bien plus de carbone et c’est lui l’élément important pour améliorer votre sol.

Non, ici nous jouons dans la cour des matières qui vont surtout jouer sur la fertilité chimique.

Le sang séché va apporter en quantité et rapidement de l’azote à nos cultures. C’est doublement intéressant. Déjà il faudra transporter bien moins de volume. Vu qu’il est concentré de richesse, une dose de 100 g/m² suffira pour la grande majorité des cultures.

apport engrais
Avec ou sans gants, à votre convenance. Mais le sang séché laisse une odeur désagréable sur les doigts, il faut l’avouer !

Autre avantage notable, l’azote contenu dans le sang est très vite disponible et absorbable par les racines. Il est peu retenu par le carbone et est donc rapidement biodisponible.

Ainsi, quand vous mettez une poignée de sang séché, 15 jours plus tard, une grande partie sera disponible dans le sol pour les cultures. Sur ce point, là aussi on peut comparer avec le compost. L’azote contenu dans le compost se libère entièrement au bout de 2 ans ! Vous imaginez la différence…  C’est tout l’avantage des engrais naturels. Ils sont concentrés de richesses et vite efficaces.

apport sang séché
D’ici quelques semaines, l’azote contenue dans le sang séché sera disponible pour les racines

Quelles quantités de sang séché utiliser ?

Nous l’avons vu plus haut, on peut utiliser jusqu’à 100 grammes par mètre carré. Mais il existe quelques spécificités 😉

La bonne dose, pour ne pas polluer ou fragiliser les cultures.

Inutile d’aller « balancer » une pelletée entière au mètre carré sans quoi vos cultures seraient vite fragilisées par un excès d’azote. Qui plus est, vous risqueriez d’aller polluer inutilement les nappes phréatiques avec un lessivage des minéraux à la première grosse pluie. Pensez aussi que toute une famille de légumes se passera de cet apport. Les légumineuses ont besoin de très peu d’azote. Juste quelques grammes suffiront qu’elles trouveront certainement dans le sol qui contient toujours une réserve minimum (reliquat d’azote). 

légumineuse
Ces pois n’ont pas spécialement besoin d’un apport en sang séché, ou autre engrais azoté.

Ne pas forcer sur les légumes racines

Les légumes racines eux, sont bien moins gourmands en azote que les légumes feuilles ou légumes fruits.

Un excès de sang séché pourrait leur faire développer trop de feuillage au détriment des racines. Quelques fois j’ai eu des navets, des carottes, avec des fanes énormes et des petites récoltes au final parce que le sol était trop riche d’azote.

Les besoins par légume

Vous avez tous les besoins en azote dans le tableau en annexe. Pensez qu’une poignée de 50 g de sang séché apporte 7 g au m². Pensez aussi que le sol contient bien souvent un reliquat d’azote. Pensez enfin que si vous apportez des composts, des fumiers, des paillages, ceux-ci à moyen et long terme, libéreront aussi de l’azote. Alors inutile d’amener 100 % des besoins via le sang séché, surtout si vous amenez d’autres richesses organiques à votre sol.

besoin sang séché par légume
Besoins en azote par culture

Au potager d’Olivier : J’ai souvent remarqué que malgré un apport conséquent de composts ou autres paillages, j’avais parfois une carence en azote pour mes cultures les plus gourmandes. Il faut dire que j’amène beaucoup de matières grossières qui consomment parfois de l’azote sur les premières semaines, premiers mois. Je pense au broyat grossier, à la paille. Alors j’observe tout simplement mes cultures et si je ressens un manque de vigueur, un jaunissement des feuilles, une difficulté à bien grandir, j’apporte un complément de sang desséché ou d’urine si j’en ai en stock.

Où trouver le sang séché ?

Vous en trouverez dans toutes les jardineries sous forme de poudre ou de granulés déshydratés qui s’effritent très facilement. Vous en trouverez aussi sur tous les sites internet de jardinage proposant des amendements et engrais naturels. Certains jardiniers, qui parfois abattent leurs animaux pour leur propre consommation, récupèrent eux-mêmes du sang. Il sera difficile de le déshydrater et dans ce cas il sera utilisé avec l’eau qu’il contient. Il faudra ainsi apporter un litre par m² plutôt que 50 g tellement l’eau est prépondérante.

Enfin, pour vous mesdames, il existe aussi des « coupes menstruelles » pour voir votre sang autrement qu’un fluide sale à vite jeter. Vous pouvez ainsi récupérer et recycler le sang de vos menstruations. C’est une pratique très peu répandue, mais qui existe et qui mérite d’être citée dans cet article.

Alternatives au sang séché

Le jardinier a bien des cartes en main pour maintenir une belle fertilité de son sol, notamment la fertilité en azote. Voyons les alternatives possibles.

Les amendements

D’abord on pourra utiliser les amendements tels que les composts, les fumiersIl faudra néanmoins des grosses quantités en kilos et du temps pour que l’azote soit disponible pour nos cultures. Apportez ces richesses plusieurs mois avant la mise en culture de votre potager. À noter que ces amendements ont un double rôle, de richesse chimique du sol mais aussi et avant tout de richesse en carbone pour constamment améliorer la structure de notre sol.

Les engrais verts

Vous pourrez cultiver des engrais verts qui libèrent de l’azote une fois fauchés

On pensera au seigle, à la phacélie, la moutarde, la luzerne, la féverole…  Parfois peu évidents à intégrer dans des petits potagers familiaux, il faudra les cultiver entre 2 cultures, par exemple en semant en fin de saison des engrais verts qu’on fauchera au printemps. Parmi les engrais verts, seules les légumineuses (vesce, fèves, fèverole, luzerne etc) vont réellement apporter de l’azote, qu’elles pourront prendre dans l’atmosphère grâce à leur symbiose avec les bactéries du genre rhizobium. Elles prendront cet azote dans l’air seulement si votre sol en manque. Sinon elles agiront comme un engrais classique. 

Pour les autres engrais vert, vous n’allez pas véritablement apporter de l’azote, mais vous allez surtout récupérer de l’azote dans le sol, et le restituer par la suite. Cet engrais vert joue alors le rôle d’éponge à fertilité. Il pompe la fertilité du sol, en automne par exemple, et la restitue lors de sa décomposition, après que vous l’ayez fauché. 

Les effets seront tout de même bien différents par rapport à un apport de sang : il faut un certain temps pour que la fertilité contenue dans l’engrais vert soit libérée pour les cultures.

engrais vert

Les autres engrais

Vous pourrez aussi utiliser d’autres engrais naturels, par exemple l’urineCelle-ci contient 6% d’azote par litre. Autrement dit, un peu plus d’un litre d’urine correspond à une bonne poignée de sang séché. Pour apporter rapidement de l’azote, on peut aussi utiliser des fientes de poules pures.

Les purins ?

Enfin des purins pourront aussi faire l’affaire. Mais ils sont nettement moins concentrés. Il faut des dizaines d’arrosoirs de purin dilué pour correspondre à une poignée de sang séché. Mais les purins ont d’autres avantages, ils fortifient les cultures, apportent d’autres richesses encore que l’azote en lui-même.

Alors à vous comprendre au mieux le besoin de vos cultures et d’y répondre au travers de ces multiples solutions.

Si des questions subsistent, n’hésitez pas à les poser en commentaire 🙂

15 Commentaires

  1. Pour n’avoir essayer que l’année dernière au niveau de l’urine j avoue que le résultat sur les salades était spectaculaire. A chaque arrosoir environ 5% en dilution c’était top. Je n’ai pas voulu pousser à 10 % car je l’effectuais à chaque arrosage.
    Apportant beaucoups de feuilles et de paille que je récupère dans une écurie à côté de chez moi soit l’équivalent de 20 cms les deux confondus, je pense essayer le sang séché cette année pour les légumes qui sont très consommateurs d’azote.
    Merci à l’équipe pour l’article, très instructif.

    Réponse
    • Merci Christophe pour ton avis sur la question. Tout est question d’équilibre, d’apports diversifiés, de besoins des cultures et du sol.
      Bonne saison

      Réponse
  2. Merci pour l’article.
    Petite question :
    J’ai paillé avec une bonne couche de foin (et j’ai placé du fumier séché de vache et cheval) en octobre.
    Cette année je ne vais commencer mon potager que pour des aubergines, tomates, poivrons et courgettes à la mi-mai.
    Quand mettre le sang desséché ?
    Ajouter de la poudre d’os (phosphore), c’est jouer à l’apprentis chimiste ou cela peut également être intéressant ?

    Réponse
    • c’est possible que vous ayez assez de richesses avec ces amendements s’ils sont apportés en volume et si votre sol bosse bien.
      À mon avis, voyez comment vos cultures vont se porter et si ça traine les 15 premiers jours, vous pourrez alors enrichir avec ces engrais naturels.
      Bonne saison

      Réponse
  3. Bonjour, merci pour ces informations très instructives !
    Une petite question, c’est vrai que lorsqu’on est dans une petite ferme, il nous arrive d’abattre de animaux, poules, lapins et autres pour avoir de la viande, si le sang n’est pas récolté liquide, mais répandu sur de la paille ou de la sciure ou copeaux de bois, quelle est la meilleure manière de l’utiliser ? Doit-on le mettre dans le compost, ou l’étendre dans le potager, surtout en cette saison (janvier par exemple) où il n’y a pas de cultures qui ont besoin d’azote ?
    Merci d’avance !

    Réponse
  4. Bonjour,

    nous savons une terre plutôt argileuse nous avons fait pas mal de apport d’autre terre veg je mets paille tous les étés Et j’ai mis des cartons pour protéger le sol pendant l’hiver mais je vois que mon jardin du mal les fraises sont toute petite les tomates les haricots sont pas nombreux et beaucoup abîmé au niveau des tomates je souhaite essayer le sang séché à quel moment exactement on le mets avant de planter les cultures ou une fois qu’elles sont en place?
    Merci

    Réponse
    • il faut le mettre juste avant les cultures. Mais il vous faudrait autre chose en plus que le sang, de la potasse aussi pour vos cultures fruits, de la vinasse ou de la cendres, ou sinon dès aujourd’hui des composts, du fumier.
      Et vous arriverez à de belles récoltes.

      Réponse
  5. Bonjour
    j’envisage de tester la culture des épinards cette année
    comme tous les légumes feuilles ils sont gourmands en azote, aussi je pense apporter du sang séché sur cette parcelle
    vaut il mieux le faire en amont du repiquage (une semaine, 15 jours?) ou en même temps que le repiquage ou après une fois que les plants auront pris un peu de vigueur?
    allez je file me familiariser avec le plan du jardin et mon calendrier perso!!!
    merci a tous pour ce super outil
    bonne continuation à tout le monde

    Réponse
    • si j’avais lu jusqu’au bout les commentaires j’aurais trouve ma réponde tout seul!!!!
      juste avant les cultures!!!
      merci pour ce super méga site!!!

      Réponse
  6. Bonjour ,

    Comment savoir de quoi a besoin notre terre ?
    Dans mon potager, j alterne les feuilles mortes et la tonte d heure des l automne ( j ai une colonie de gros vers en dessous).
    Je paille dès qu’il n’y a plus rien.
    J ai une terre très argileuse mais qui s améliore au fur et à mesure des années.
    Je n ai pas réussi à faire pousser les engrais verts ( j avais mis seigle et phacelie)

    Linda

    Réponse
    • Bonjour Linda, à part en faisant des analyses de sol, ou en se basant sur les plantes bioindicatrices, difficile de savoir ce que souhaite notre sol.
      Néanmoins tous les sols aiment la matière organique, et si vous constatez des améliorations avec les années, c’est que vous êtes dans le vrai avec vos méthodes 😉
      A très bientôt
      Guillaume

      Réponse
  7. N’oubliez pas que l’azote n’est pas le seul élément fertilisant ! il y a aussi le phosphore et la potasse.
    Que on peut comparer le systeme d’engrais à une barrique avec des planches NPK et que si l’une de ces planches est plus courte , rien ne sert de forcer sur les autres, l’eau coule de toute façon et tout est perdu !
    Pourriez-vous également apporter des informations sur les apports en Potasse et Phosphore ? P et K

    Réponse
    • Ca va venir 🙂 Des articles sont prévus pour cette année sur le sujet 😉
      A bientôt et merci pour ce message

      Réponse
  8. Bonjour, j’ai quelques plants de courges qui ont jaunis et semblent en manque d’azote. Puis-je les booster avec un peu de sang séché? Quelle quantité au pied? Si j’en dilue avec de l’eau ? Ou alors une autre solution? Belle journée. Véronique

    Réponse
    • Une poignée de sang séché par plant ca sera très bien 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Mentions légales

CGV

Contact

Calendrier des semis

Inscrivez-vous et recevez les prochains articles

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir nos prochains articles. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. 

Votre inscription est bien prise en compte À très vite.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tous les mois, recevez nos derniers articles et toutes nos astuces sur le potager, directement dans votre boîte mail. 

Votre inscription est bien prise en compte, merci !

Share This