Arrosage des semis : à quelle fréquence ?

par | 6 Avr 2023 | L'arrosage, l'eau au potager | 0 commentaires

Vous souhaitez apprendre à cultiver vos propres légumes ? Grâce à l’almanach Terra, vous n’oubliez plus de semis : il vous suffit d’ouvrir votre fichier, de regarder le mois en cours, et vous avez tous les semis à réaliser (expliqués en détail), qui vous permettront de produire des légumes toute l’année.

Cliquez ici pour en savoir plus

Voilà une question de jardinier qui revient sans cesse. Mais quelle doit être la fréquence d’arrosage pour nos semis, quand arroser et comment le faire, qu’ils soient réalisés dans des barquettes, des godets… ou qu’ils soient réalisés en pleine terre.

Voyons dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’arrosage des semis.

L’eau c’est la vie, avoir un substrat humide dès le semis

Rappelons que l’eau est source de vie, source d’activité biologique. Un sol sec, un terreau sec, et rien n’y poussera. Il vous faut absolument un substrat bien humide. On parle souvent d’un ressenti d’une éponge essorée.

Vous savez, quand vous prenez votre éponge de cuisine entre vos mains… Soit elle est toute sèche d’une non-utilisation durant plusieurs jours. Soit elle est imbibée d’eau juste après utilisation sans l’avoir essorée. Ou encore, elle est juste humide après essorage. C’est cette dernière sensation que l’on recherchera pour votre terreau, votre sol, l’humidité d’une éponge essorée ! Avec l’habitude, vous le ressentirez de mieux en mieux, mais même pour les débutants, on peut rapidement comprendre ce bon taux d’humidité.

Pour votre terreau, il faudra qu’il se tienne bien dans la main, qu’il ne fasse aucune poussière et qu’il fasse un bon poids. Sinon c’est qu’il manque d’eau. Si vous le pressez dans votre main, il doit presque former une boule qui se tient, mais sans que l’eau ne dégouline entre votre doigt. Vraiment, voyez cette image d’éponge essorée. Si vous la pressez, rien ne coule.

Une fois le contenant rempli, le poids donnera une autre indication. Si la barquette ou le godet est tout léger, c’est qu’il n’y a pas assez d’eau. Si c’est lourd, dégoulinant d’eau par le dessous, c’est qu’il y a trop d’eau (éponge non essorée !). À vous d’être constamment sur un terreau juste humide. Ce sera le rêve pour vos semis.

Pour votre sol, c’est la même chose. Si une flaque d’eau reste à la surface, reportez vos semis. C’est qu’il est trop gorgé d’eau et manque d’oxygénation. S’il est marron, poussiéreux, compact à ne pouvoir y rentrer un outil, c’est alors qu’il manque d’eau.

Ce sol n’est pas propice aux semis, il est sec en surface
30 minutes après un petit arrosage, c’est tout de suite mieux ! Il est comme une éponge essorée.

L’arrosage au moment du semis

Cet arrosage initial dépendra du taux d’humidité de votre substrat. Votre sol sera peut-être déjà bien humide d’une pluie précédente et inutile d’arroser. Ou alors, juste un petit coup d’arrosoir une fois les graines en place pour bien tasser la terre et la mettre au contact de ces graines. Mais inutile d’arroser abondamment un sol déjà bien humide.

Pour le terreau, si le sac est fermé, il contient déjà une bonne humidité.  Néanmoins vous pourrez arroser légèrement pour avoir un substrat vraiment bien humide. Inutile d’arroser jusqu’à voir l’eau remonter à la surface si vous appuyer avec votre doigt sur le terreau. Non toujours cette recherche d’humidité comme dans une éponge essorée.

L’arrosage pour les jours et semaines à venir

L’arrosage des semis en pleine terre

En pleine terre, il faudra être à la quête d’une humidité permanente du sol et cela dès les premiers centimètres, pour ne pas dire, dès les premiers millimètres tant que la germination n’a pas eu lieu. Petit problème, ce sont ces premiers centimètres qui sont les plus sensibles à l’assèchement sous l’action du soleil, du vent, de la chaleur. Alors ce sera vraiment à vous, jardinier, de veiller et répondre au mieux à la fréquence idéale.

Pour un semis de carottes en été, il faudra quasiment arroser deux fois par jour pour garder un sol humide sous plus de 30°, pire encore si le vent entre dans la partie ! Au contraire, un semis de carottes réalisé en mars avec une météo parfois nuageuse et le sol pourra rester humide plusieurs jours. Vous comprenez les différences énormes de contextes. Néanmoins on peut parler de généralité, de moyenne.

semis carotte
Les carottes demande un arrosage soutenu au début, pour bien lever. Par la suite, on réduira bien sûr la fréquence d’arrosage !

Au printemps, pour des semis de petites graines, il est conseillé de faire un petit arrosage quotidien. Surtout s’il fait soleil. Par exemple un arrosoir de 10 litres pour deux m², avec la pomme d’arrosage pour bien diffuser l’eau. Et même sous une météo pleinement ensoleillée, votre sol restera humide. Sous des climats moins chauds, moins secs, sitôt les températures sous les 20°, un arrosage tous les deux, trois jours pourra suffire. Vous le verrez simplement au ressenti de votre sol et à son observation. S’il est bien noir, sombre, tout va bien. S’il devient marron, attention le premier millimètre s’assèche et les autres suivront rapidement.

Pour les semis de plus grosses graines, on pense aux petits pois, aux fèves, même des radis, épinards, betteraves… que l’on peut enterrer à trois centimètres sous terre, l’assèchement sera moins rapide. Il faut plusieurs heures pour assécher chaque millimètre de profondeur du sol au printemps. De ce fait, on pourra se permettre d’arroser un peu moins fréquemment. On pourra baisser nettement la fréquence, tous les 2 ou 3 jours dans le sud et toutes les semaines sous d’autres climats. Et encore, sous une météo pleinement ensoleillée sans nuages et évidemment sans pluie. Sinon, vous pourrez laisser votre arrosoir au repos.

semis pois

Concernant les quantités pour arroser vos semis, prenez toujours comme repère de faire un bel arrosage, d’un ou deux arrosoirs au mètre carré pour bien imbiber le sol sur les premiers centimètres. Moins d’eau et ce serait une corvée de vite y revenir, trop d’eau et nous le verrons tout à l’heure, ce serait vite plus de mal que de bien.

Quelques exemples précis d’arrosage des semis :

  • Un semis de petits pois, de mangetouts, dans le sud, en février ou mars, sous une météo ensoleillée avec des températures en journée autour de 15°. Un arrosage de 5 litres au m² toutes les semaines. Les graines sont grosses, semées à trois centimètres de profondeur et le sol restera bien humide à cette profondeur.
  • Un semis de carottes en juin, toujours dans le sud. Arrosage tous les jours !
  • Un semis de fèves en mars, dans le nord. Les graines sont grosses, bien enterrées sous terre. Aucun arrosage ! La météo est souvent aléatoire, rarement pleinement ensoleillée et à 4 cm sous terre, l’humidité restera constante et suffisante.
  • Un semis de carottes en juin dans le nord. En surface le sol s’assèche vite, même sous une météo non estivale. Un arrosage tous les jours sera certainement nécessaire.
  • Semis de haricots en climat tempéré, juste doux, au mois de mai. Les graines sont assez costauds, semées bien 3 cm sous terre. Un arrosage toutes les semaines pourra suffire. S’il fait du vent, un coup de chaleur, il faudra passer à un arrosage tous les 2 ou 3 jours...

L’arrosage des semis en contenants

La finalité sera la même, avoir des contenants remplis d’un terreau bien humide.

En fin d’hiver ou au printemps, période idéale pour faire la plupart de ces semis, le terreau aura tendance à s’assécher tous les deux ou trois jours s’il fait plein soleil.

Parfois, si la chaleur devient conséquente et pour peu que votre pièce, votre serre, soit ventée, il faudra alors arroser tous les jours pour garder cette humidité optimale. En été et au plein soleil, c’est parfois deux, trois fois par jour qu’il faut veiller sur ses semis en barquette, en godet.

Les petits arrosoirs comme celui-ci sont très intéressants pour arroser les semis en godets

C’est pourquoi il est conseillé de les faire à mi-ombre à cette saison : vous serez bien plus tranquille !

semis mi ombre
En plein été, on fait nos semis à mi ombre : les alvéoles et autres godets se dessèchent moins vite.

Avec une météo nuageuse ou pluvieuse, l’humidité du terreau diminue bien moins rapidement. Les arrosages peuvent alors s’espacer de plusieurs jours. Un semis de tomates en barquette restera humide des jours durant si le soleil joue aux abonnés absents. C’est pourquoi il est impossible de déterminer une fréquence d’arrosage de vos semis. Elle sera totalement dépendante de votre météo, l’ensoleillement, le vent, la température.

semis épinard arrosés
Mi-août, il a fait chaud et sec : l’arrosage était quotidien pour ces épinards. En mars, on aurait pu facilement arroser que tous les 3/4 jours !

Comme indication, on peut dire que dans les régions du sud, sous plein soleil, il faudra souvent arroser une fois par jour au printemps. Sous des climats moins chauds, ce sera tous les deux ou trois jours. Parfois on pourra s’aider en soupesant ses godets, ses barquettes. Le poids donne rapidement une indication du taux d’humidité, de la teneur en eau. La vision aussi nous aidera. Le terreau sera bien noir et les plants bien droits, en pleine forme. Si le terreau devient marron, pire encore que les plants piquent du nez, évidemment il faudra vite arroser et remplir d’eau cette éponge qui s’assèche. Pardon, on voulait parler de ce terreau qui s’assèche ! 😉

Apprenez à récolter toute l’année

N’attendez plus pour démarrer votre propre potager. Commandez notre livre numérique/calendrier des semis interactif et commencez à cultiver vos propres légumes dès maintenant !

Arroser ses semis un peu plus et moins souvent ?

On pourrait se poser la question de savoir s’il est possible de forcer sur la quantité d’arrosage pour s’épargner d’arroser fréquemment ? C’est peu conseillé et assez inefficace pour des semis qui n’ont pas encore germés.

Pour le sol, ce seront les premiers centimètres qui devront rester humides. Un gros arrosage descendra en profondeur et ne servira qu’à des plants adultes avec des racines profondes. Mais ici, ce sont vraiment ces premiers millimètres, centimètres de sol qui doivent rester humides.

Les carottes sont semées à 2 cm de profondeur environ, il faut donc que cette surface reste humide tant que les graines ne sont pas sorties.

Pour les semis en godets, rapidement l’eau risquerait de prendre toute la place au détriment de l’aération du terreau. Les plants se retrouveraient asphyxiés avec un terreau imbibé d’eau. Combien de jardiniers loupent leurs semis d’avoir un terreau gorgé d’eau comme une éponge non essorée. Là aussi à vouloir arroser moins fréquemment, on y perdrait. Voyez-le comme pour vous. Vous préfèrerez nettement, boire à plusieurs reprises sur la journée qu’engloutir un litre d’eau de bon matin.

Ceci étant dit, pour ce qui est des semis en pleine terre, lorsque les plantules ont germées, on peut ralentir les arrosages.

Le sol est déjà bien humide en profondeur puisque l’on a arrosé tous les jours ou presque le temps de la levée. On pourra donc laisser passer quelques jours, une semaine parfois, afin de forcer les plants à aller chercher l’eau un peu plus profondément. À arroser tous les jours, vous favorisez une prospection des racines en surface uniquement. Tant que l’on arrose, ça va, mais si cela s’arrête brutalement les plants pourraient péricliter…

Laissez sécher un peu le sol quand les graines sortent : cela leur permet de faire descendre leurs racines.

Baisser la fréquence d’arrosage des semis grâce au paillage ?

Pailler son sol a l’avantage de réduire l’évaporation et maintenir une meilleure humidité sur les premiers centimètres. Mais un paillage aura parfois le défaut de contraindre rapidement une bonne levée du semis, surtout pour des semis de petites graines comme les carottes (et si l’épaisseur est importante!).

Certes on pourra déposer quelques brins de paille, mais l’efficacité du paillage sera alors limitée…. même si elle sera présente ! Avec un tout fin paillage, on évite quand même un peu le dessèchement. C’est à vous de voir, et aussi à vous de juger en fonction du semis en question.

Pour les plus grosses graines, les plants sont plus costauds et pourront traverser de fins paillages. On pense aux petits pois dont le semis pourra être paillé avec 2, 3 cm de paillage. Ou encore les fèves qui, elles, pourront traverser un paillage plus épais encore.

Vous avez aussi les tubercules qui supporteront très bien de traverser un épais paillage : ail, oignons, pomme de terre… Si vous avez un sol trop hydromorphe, évitez peut-être de pailler l’ail et les oignons

Et dans ces situations en effet, la fréquence d’arrosage pourra être plus espacée encore ou quasi nulle sous une météo clémente.

Cet ail n’a eu aucun mal à traverser ce paillage

En conclusion

Alors vous l’aurez compris, la réponse est entre vos mains. Raisonnez beaucoup plus en finalité qu’en fréquence. Celle-ci est totalement variable du contexte de semis. Deux ou trois fois par jour, une fois par semaine, jamais, tout dépendra de votre période de semis, votre ensoleillement et si les graines sont petites et juste en surface ou plus grosses et plus en profondeur.

Pensez qu’un semis réalisé dans un substrat qui s’assèche et c’est vite un taux de réussite qui s’écroule. Par exemple, un semis de carottes a pour première clé de réussite d’être réalisé dans un sol constamment humide. Et comme les graines sont semées sur les tout premiers millimètres de sol, la vigilance est de mise si le soleil est généreux.

Alors à vous de veiller sur vos bébés plants, vos jeunes plantules pour répondre au mieux à cette exigence d’humidité modérée et permanente.

Aller plus loin :
Réussir ses semis

Comment arroser les semis ?

Vous avez des questions ? Vous souhaiteriez que l’on traite une autre interrogation sur ce thème ? N’hésitez pas à nous le dire en commentaires ! Et si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager autour de vous : cela nous aide énormément. Merci 🌱🙂

Envie d’aller plus loin ? 

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais notre partenaire Le Potager Permacole édite la première revue permacole à prix libre. C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle vous trouverez de nombreuses informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossier thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous offrant un abonnement, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs leur devise : cultivez votre quotidien ! 

Vous recherchez des semences ?

N’hésitez pas à lire nos recommandations pour bien choisir vos graines en cliquant ici.

Si vous souhaitez simplement trouver un site internet pour commander vos graines, vous pouvez visiter le site de notre partenaire “La bonne graine.

Nous vous offrons un code promo de 10% sur le site en vous abonnant à notre newsletter

Offrez-vous un petit coin de paradis avec nos serres ACD

Et si vous veniez découvrir nos modèles de serres de jardin ACD ? Élégantes et durables, elles vous permettent de cultiver toute l’année, de vous offrir un espace de détente, tout en apportant du cachet à votre jardin.

 

serre ACD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mentions légales

CGV

Contact

Calendrier des semis

Inscrivez-vous et recevez les prochains articles

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir nos prochains articles. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. 

Votre inscription est bien prise en compte À très vite.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 10% de réduction sur vos graines

Tous les mois, recevez gratuitement nos derniers articles et toutes nos astuces sur le potager, directement dans votre boîte mail. Profitez-en, nous vous envoyons de plus un code promo de 10% chez notre partenaire La Bonne Graine.

Votre inscription est bien prise en compte, merci !

Share This