fbpx

Les ravageurs et maladies de la pomme de terre

par | 17 Mar 2022 | Les ravageurs au potager | 7 commentaires

Les pommes de terre ont quelques maladies et ravageurs qui s’attaquent au feuillage et/ou directement aux tubercules :

• Les doryphores

• Les campagnols

• Le mildiou

• Les galles et autres maladies cryptogamiques de la pomme de terre.

Voyons ensemble comment lutter contre ces principaux ravageurs & maladies.

Les doryphores

Ces petites bêtes d’apparence assez jolies sont de véritables gloutons face aux pommes de terre. Dans certaines régions, il devient vraiment difficile de cultiver des pommes de terre sans avoir de problème. La meilleure façon de lutter contre les doryphores est de procéder à un ramassage manuel quotidien des adultes, des larves et des œufs (ces derniers sont souvent sous les feuilles). Pour les détruire, vous avez plusieurs moyens : poules, à la main, etc. Bon courage 😉

Vous pouvez également utiliser des voiles anti-insectes. C’est une technique efficace mais onéreuse. il faudra enterrer parfaitement le filet sur les bords.

Larves de doryphores
Un adulte

Les campagnols

Pour les gêner, rien ne vaut le travail du sol (même si cela ne fera que limiter le problème). Mais ce dernier est délétère pour les champignons et détruit parfois une belle porosité créée naturellement.

Alors à vous de voir en fonction de votre degré d’attaque. Une autre alternative est le piégeage avec des pièges type TopCat. Cela fonctionne bien mais ne suffit pas parfois. Sans parler du fait que cela demande une vigilance constante pour gérer les pièges et les installer.

Il existe aussi des répulsifs comme le tourteau de ricin (qui est un engrais aussi !). Cela fonctionne, moins efficacement que les pièges, mais c’est toxique. Notamment pour les animaux de compagnie qui peuvent y succomber.

Enfin, on peut envisager des cultures en bac ou enterrer des grillages. Dans le cas de la culture en bac, non relié au sol, les rendements sont très souvent moins intéressants que la pleine terre…

Les taupins

On les nomme aussi les “vers fil de fer”.

Ils sont surtout présents dans les potagers récents (ancienne prairie). Aussi dans les jardins où l’on amène beaucoup de fumier, de matière organique fraîche. Les buttages de la pomme de terre permettent de limiter les attaques mais ce n’est malheureusement pas tout le temps suffisant.

Il existe des pièges à phéromones, efficaces au bout de quelques années. Les techniciens agricoles parlent d’un piégeage durant environ 5 ans avant d’avoir de vrais résultats.

Aller plus loin sur le taupin et sa biologie : https://hautegaronne.chambre-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/Occitanie/069_Inst-Haute-Garonne/CDA31/1_Productions_et_techniques/Productions_vegetales/Maraichage/fiche_taupin-11-2012.pdf

Le mildiou de la pomme de terre

Il s’agit du même que celui des tomates. En ce sens, évitez de cultiver les deux à proximité. Et pensez à vos rotations : pas de solanacées sur la même planche deux ans d’affilés si vous le pouvez. Même si cela reste difficile. L’idéal est de 4 ans avant de réimplanter une culture de pommes de terre au même endroit.

Si vous avez régulièrement du mildiou sur vos pommes de terre, essayez l’arrosage en goutte-à-goutte et plus généralement évitez d’arroser les feuilles. Plantez dans une zone aérée. Évitez les cultures sous serre ou sous tunnel.

mildiou pomme de terre
Crédit : Canva

Les autres maladies de la pomme de terre

Nous pensons ici aux galles, au rhizoctone, au botrytis. Pour toutes ces maladies, si vous y êtes confrontés, veillez à maintenir un sol bien amendé avec une humidité constante tout au long de l’année. Une vie du sol épanouie empêche généralement ce type de maladies.

Des plants tout neufs également : le rhizoctone est par exemple une maladie bénigne SAUF si les semences sont contaminées. Auquel cas elle peut occasionner d’importantes chutes de rendements et une culture pas très satisfaisante…

D’autres maladies de la pomme de terre sont causées par la météo défavorable. O encore u un sol de départ peu propice : sols gorgés d’eau, hydromorphes… Il faut que ça respire !

Courage dans vos luttes, ne perdez pas espoir !

Aller plus loin :

https://itab.asso.fr/downloads/guide-maraichage/t2-fiche-pommedeterre.pdf (p.9)

• notre article complet sur la culture des pommes de terre

7 Commentaires

  1. Contre les doryphores, je plante du lin. Je n’en n’aiai eu aucun l’an dernier.

    Réponse
    • Merci pour cette astuce.

      Réponse
      • Bonjour pour éviter le mildiou est ce qu’un traitement avec de la bouillie bordelaise peut éviter cette maladie? Merci

        Réponse
  2. Bonjour. Pour le mildiou, j’ai vu régulièrement des gens utiliser du bicarbonate de soude ou de potassium, à la fois en préventif et curatif.

    Par contre, les deux solutions ont des désavantages. Le bicarbonate de soude aurait des effets négatifs négatifs sur la qualité du sol. Le bicarbonate de potassium n’a pas ce problème (au contraire, il apporte du potassium). Par contre, il est assez difficile à trouver (en tout cas en Belgique) et est beaucoup plus cher.

    Est-ce que qqn aurait déjà essayé les deux options ? Est-ce que ça sert à qqch d’asperger le sol avec du bicarbonate de soude juste avant culture ?

    Réponse
  3. Bonjour , c’est ma première année au potager, et du coup mes premières patates “précoces” plantés mi avril car me calant sur le calendrier d’Antoine ( sud-ouest) , et en suivant également sa technique ( butter avec un paillage de 20 cm à la croissance des plants ).
    Je suis malheureusement terrorisé par un campagnol ( ou des campagnols ) qui me bouffent beaucoup beaucoup de tubercules . J’ai commencé à mettre des répulsifs sans succès ( peut-être un peu tard pour de la prévention ) . J’aurais besoin de vos idées et conseils , surtout que je manque de temps à consacrer à cette chasse imprévue .

    Réponse
    • J’utilise le piège topcat en cas de gros problèmes. A bientôt 🙂

      Réponse
    • Bonjour. J’ai réussi à les limiter grandement grâce à des fers à béton surmontés de bouteilles plastiques. Le moindre vent les fait bouger, et les vibrations descendent le long de la tige en fer plantée en terre. Les campagnols détestent çà et déménagent chez les voisins !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mentions légales

CGV

Contact

Calendrier des semis

Inscrivez-vous et recevez les prochains articles

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir nos prochains articles. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. 

Votre inscription est bien prise en compte À très vite.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tous les mois, recevez nos derniers articles et toutes nos astuces sur le potager, directement dans votre boîte mail. 

Votre inscription est bien prise en compte, merci !

Share This